Commune de Cailly

Accueil » Historique » Moyen-Age » Cailly et la guerre de cent ans

Cailly et la guerre de cent ans

Article précédent

  

Lorsque débute le 14èmesiècle, la lutte entre le Roi Philippe le Bel et le pape Clément V a pour conséquence, en 1307, la confiscation au profit du royaume de France,  des biens des templiers, dont le château de Cailly alors propriété des religieux de Saint Michel.

 

Le refroidissement climatique commencé au début de ce siècle, provoque de mauvaises récoltes qui amènent les famines de 1314, 1315, 1316 dont les Caillais ont souffert.

 

Les rivalités Franco-Anglaises sont loin d'être éteintes: Isabelle de France, fille de Philippe Le Bel et héritière du royaume, épouse le roi d'Angleterre Edouard II, dont leur fils, Edouard III, roi en 1327 veut protéger la zone d'influence anglaise sur la façade maritime du continent.

 

C’est dans ce contexte qu'en 1337 commençe une longue période trouble, la guerre de Cent Ans, pendant laquelle Cailly et ses environs furent plusieurs fois dévastés. Après les succès initiaux des anglais par les Plantagenêts, la reconquête par les français est assurée par Charles V jusqu’en 1380 : le château fort de Saint Germain sous Cailly (dont les ruines sont encore visibles dans la vallée, voir ici), alors propriété de Nicolas de Boissay, seigneur de Cailly, et forteresse de Normandie (donc potentillement soumise à l’autorité Anglaise), fut, par ordre du Régent, abattue en 1360 par Baudoin Danoquin[1].

 

Le fils de Nicolas de Boissay, Robert, nouveau seigneur de Saint Germain et de Cailly, chevalier de du Guesclin pendant les sièges de Bretagne et de Flandres, fut gouverneur de Dieppe. Son fils, Jean, reconstruit en 1406 le château fort de Saint Germain. Nicolas et Jean seront jetés en prison en 1413 pour leur soutien aux Orléanais.

 

 

Le même Robert de Boissay et son petit fils, Charles, furent tués à la bataille d’Azincourt le 25 octobre 1415 qui voit la victoire de 6000 anglais sur les 30000 Français grâce aux archets gallois qui, avec leurs arcs de grande portée, transpercent les cotes de mailles des chevaliers français englués dans le terrain boueux de la Picardie.

 

La flotte française est battue dans l’estuaire de la Seine en aout 1416.

 

L’exode massif des Caillais

 

Ce fut alors le début d’une occupation anglaise qui vit en 1417 le départ de la grande majorité des Caillais vers les villes et places fortes.

 

Le château de Saint Germain et celui de Fontaine le Bourg passent alors, à nouveau, aux mains des anglais et Laurent de Boissay, seigneur de Cailly, est emprisonné à Londres. Isabelle de Boissay, sa tante, profitant de l'absence de son neveu, reçoit du roi anglais Henri V et de par sa soumission, les biens de Saint Germain et ceux de Cailly.

 

Les terres de Cailly et des environs, qui ne sont plus exploitées suite à l’exode de 1417, retournent à l’abandon et se reboisent. La famine s’installe (le doyenné est considéré comme inhabité en 1440).

 

La reconquête est entreprise par Jeanne d’Arc et Charles VII, sacré à Reims en 1429. Le château fort de Saint Germain est repris par les français en 1436. Ce n’est qu’en 1453 que la domination française est définitivement acquise : la guerre de Cent Ans est terminée.

 

Le retour, 35 ans plus tard

 

Après 1450, les Caillais réoccupent les terres abandonnées depuis près de 35 ans par la génération précédente. Laurent de Boissay, de retour de sa captivité anglaise, récupère ses biens en 1460, dont la seigneurie de Cailly et le château de Saint Germain.

 

A la mort du roi de France en 1472, l’ambitieux Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, tente de rallumer la guerre de cent ans par une alliance avec les Anglais, il envahit la Picardie et marche sur la Normandie, le siège de Rouen est un échec, 120 écossais sont défaits à Cailly par Charles de Melun. Par vengeance, les troupes dépitées des Bourguignons brûlent le château de Cailly et l’église dont le toit sera détruit et le clocher endommagé.

 

Le retour à la normale est long et difficile d'autant qu'en 1484  la peste décime la plus grande partie de la population de Cailly.


 

[1] Hippolyte Lemarchand, Histoire du Canton de Clères page 65

 

Mis à jour ( Jeudi, 14 Avril 2011 16:38 )