Commune de Cailly

Accueil » Historique » Cailly du 16ème au 19ème » Cailly au 17ème et 18ème : les reconstructions

Cailly au 17ème et 18ème : les reconstructions

La dame de Mailloc, qui a hébergé l’ambassadeur Busbecq et l’a accompagné dans ses derniers instants, décède le 24 Juin 1615, jour de la saint Jean. Le domaine est acquis par Jacques Le Fèvre de Caumartin, Maitre de Requêtes et ambassadeur de France en Suisse. Il épouse le 28 janvier 1624 Geneviève de la Barre dont il aura 8 enfants.

 

En 1624, le 10 avril, plus de 30 maisons et le presbytère sont détruits à cause d'un incendie provoqué par le maréchal-ferrant. Les inondations du jour des rois de 1628 emportent plusieurs maisons ainsi que des bestiaux et des récoltes. L’incendie des halles en 1631, le 3ème dimanche de novembre, est déclenché par le cirier.

 

C’est à partir de 1626, selon les ordres donnés par le Cardinal de Richelieu que les forteresses sont détruites en totalité ou en partie dans tout le royaume de manière à ne plus être imprenables. Celle de Cailly, située sur le Capitole[1], ainsi que celle de Saint-Germain[2], n’échapperont pas à la règle.

 

Les halles sont reconstruites vers 1650, à un autre endroit au pied de l’ancien château, sur la grande Rue. L’une de 100 pieds de long, à l’emplacement de la salle polyvalente actuelle, et l’autre de 55 pieds, perpendiculaire à la précédente, au bord de la route de Clères. Ces halles étaient encore visibles dans le bourg jusque dans les années 1960.

 

Le 8 février 1659, Jacques Le Fèvre de Caumartin achète le titre de la baronnie, moyennant la somme de 207000 livres. Il est transformé en septembre 1661 en Marquisat sous condition, imposée par le Cardinal Mazarin, « qu’il n’y aurait, dans tout le Marquisat, ni temple, ni prêche pour les huguenots ».

 

Jacques Le Fèvre de Caumartin décède d’apoplexie  le 11 décembre 1667, son fils aîné Louis-François reçoit le domaine en héritage. Lui-même trépasse en son château de Saint Germain le 9 septembre 1710 et est inhumé le 18 dans l’église de Caille après y avoir été déposé pendant 8 jours. Il avait épousé, en secondes noces, Françoise Elisabeth de Brion, elle-même inhumée le 10 juin1694 dans l’église de Cailly. De ce mariage sont nés 3 enfants, dont la dernière, Marie Elisabeth héritera du Marquisat, après la mort de son seul frère survivant, alors Marquis de Cailly, tué au combat à Turin en 1706.

 

Marie Elisabeth, épouse le 20 octobre 1710, 5 semaines après la mort de son père, Pierre Delpech à qui elle apporte en dot le domaine de Cailly et son titre.

 

Pierre Delpech, premier avocat général à la cours des aides de Paris était fortuné. Il fit construire le château de Saint Germain sur l’emplacement de l’ancien et y ajoute une chapelle, bénite en 1718.

 


 

[1] Le Capitole est cet éperon situé derrière la pharmacie actuelle.

[2] Les restes du château fort de Saint Germain sont toujours visibles sur la gauche de la route de Fontaine le Bourg, entre Cailly et Saint Germain.

Mis à jour ( Samedi, 27 Avril 2013 15:54 )